VicksWeb affaires et des finances

Bienvenue à VicksWeb™

We have 9 guests online
Flag Counter
L’Extraordinaire Mr. Rogers, de Marielle Heller
©:  EcoRéseau

Il n’est pas sorti dans les salles françaises, mais il serait bien dommage de rater Tom Hanks dans l’un de ses plus beaux rôles ! C’est l’histoire de Fred Rogers, le présentateur et producteur de l’émission de télé pour enfants la plus populaire aux États-Unis pendant plus de 30 ans. L’acteur doublement oscarisé fait face à Matthew Rhys (Brothers and Sisters, The
Americans) dans le rôle d’un journaliste qui doit l’interviewer et, s’attendant à trouver un personnage mielleux, découvre un homme pour le moins différent de ce qu’il imaginait. Une
rencontre marquante et bienveillante où l’empathie et le sentiment d’abandon de l’un se confrontent aux certitudes de l’autre.
SPHE

Cet article L’Extraordinaire Mr. Rogers, de Marielle Heller est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


Otto Freundlich (1878-1943) : la révélation de l’abstraction
©:  EcoRéseau

C’est une destinée bouleversante: Allemand protestant mais d’origine juive, le
peintre et sculpteur parisien « dégénéré » Otto Freundlich est dénoncé par les
collabos et déporté au camp d’extermination de Sobibor. Il avait 65 ans. Son crime:
avoir révolutionné la peinture moderne. Un travail de la lumière, de la construction
des formes et de la force des couleurs sur tous les supports possibles qui le mène
à l’abstraction. Il ne faut donc pas rater cette petite rétrospective de haute volée,
agréable et richement documentée, qui se déploie dans le cadre verdoyant et
préservé du musée de Montmartre.

Prolongée jusqu’en janvier 2021 au musée de Montmartre, 12 rue Cortot, 75012 Paris.
www.museedemontmartre.fr

Cet article Otto Freundlich (1878-1943) : la révélation de l’abstraction est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


Cats, de Tom Hooper
©:  EcoRéseau

Adapté de la comédie musicale culte d’Andrew Lloyd Webber, le film nous entraîne dans les ruelles de Londres où, chaque année, les chats se réunissent lors d’une nuit extraordinaire et magique pour choisir celui qui pourra renaître au paradis de la Jellicosphère. En plus de son scénario de base complètement surréaliste et kitsch, le film a beaucoup fait jaser à cause de ses effets spéciaux… complètement ratés ! Mais sous acide, cet ovni musical au casting
délirant (Jennifer Hudson, Taylor Swift, Idris Elba, Rebel Wilson, Judi Dench, Ian McKellen et plusieurs danseurs étoiles !) a déjà acquis son statut de nanar culte des années 2010 ainsi que six Razzie Awards, rien que ça ! Si vous n’avez pas froid aux yeux…
Universal

Cet article Cats, de Tom Hooper est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


1917, de Sam Mendes
©:  EcoRéseau

Deux Golden Globes, trois Oscars et sept Bafta : le dernier film du grand réalisateur britannique Sam Mendes est déjà entré dans l’histoire du cinéma ! Avec 1917, l’auteur d’American Beauty, Les Sentiers de la perdition et Skyfall nous plonge dans une course contre la montre au cœur des tranchées, du no man’s land et des paysages dévastés des Flandres. Nos deux jeunes soldats britanniques, deux héros remarquablement interprétés par George
MacKay et Dean-Charles Chapman, sont filmés avec l’illusion d’un seul et unique plan-séquence. Une technique virtuose, un récit captivant et une distribution sans fausse note.
Plus qu’un grand film de guerre, une leçon de cinéma !
Universal

Cet article 1917, de Sam Mendes est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


Les Siffleurs, de Corneliu Porumboiu
©:  EcoRéseau

Cette comédie policière roumaine, en compétition à Cannes l’année dernière, nous emmène aux Canaries. Cristi, un inspecteur de police de Bucarest corrompu, se rend sur l’île de La Gomera afin d’apprendre le langage sifflé de ses habitants, pour le moins hauts en couleurs. Il espère ainsi pouvoir faire libérer un mafieux sans être découvert par ses supérieurs qui, pense-t-il, l’ont mis sur écoute. Une maîtrise de l’absurde doublée d’un jeu sur les conventions du genre et de quelques rebondissements amoureux. Diaphana

Cet article Les Siffleurs, de Corneliu Porumboiu est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


Play, d’Anthony Marciano
©:  EcoRéseau

de rétro et de nostalgie, cette comédie nous fait suivre Max, des années 1990 aux années 2010. Jeune, il reçoit de ses parents sa première caméra : il ne s’arrêtera pas de filmer. La bande de potes, les amours, les succès, les échecs, c’est le portrait de toute une génération qui se dessine à travers son objectif. Max Boublil, Alain Chabat et Noémie Lvovsky campent les personnages principaux de cette fresque générationnelle où chaque époque est impeccablement reconstituée, des téléphones à fil en passant par les modes vestimentaires, la musique (BO parfaite) et l’évolution physique stupéfiante de réalisme des comédiens ! Une fibre nostalgique et un concept original qui n’est pas sans rappeler Boyhood, le film multirécompensé de Richard Linklater ! Gaumont

Cet article Play, d’Anthony Marciano est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


Joaquín Sorolla : Lumières espagnoles
©:  EcoRéseau

Grande figure de la peinture espagnole, Sorolla (1963-1923) est grandement apprécié pour ses représentations colorées et extrêmement lumineuses de l’Espagne. Toiles de grand format, esquisses à l’huile et dessins montrent ainsi l’influence et la modernité de son œuvre sur les peintres de la fin du siècle, à l’égal de Manet, Degas, Sargent et Zorn. Une spontanéité des cadrages, une touche rapide et qui vibre, des sujets naturalistes – des pêcheurs au travail, des robes bourgeoises ou encore des enfants jouant : il n’est pas étonnant qu’il soit aussi populaire dans son pays que les maîtres ultimes que sont Velázquez et Goya. Une occasion à ne pas manquer dans le cadre rêveur d’Aix-en-Provence.

Jusqu’au 1er novembre à l’Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence.

Cet article Joaquín Sorolla : Lumières espagnoles est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


Jacques Weber s’empare de Tchekhov
©:  EcoRéseau

Monstre sacré du théâtre et fin connaisseur de l’œuvre de Tchekhov, Jacques Weber lui avait consacré un essai il y a une vingtaine d’années. En cette rentrée, il s’associe à Peter Stein, figure majeure de la mise en scène européenne, pour donner vie à trois courtes pièces de jeunesse : Le chant du cygne, Les méfaits du tabac et Une demande en mariage. Le duo se retrouve ainsi après Labiche, Beckett et Molière ces dernières années, un partenariat qui a procuré une véritable une seconde jeunesse à Weber. Le comédien protéiforme incarnera ici un vieil acteur qui se réveille dans un théâtre vide après une bonne cuite, un mari tyrannisé par sa femme et un père qui doit marier sa fille à un prétendant hautement problématique. Une passion commune des mots et de l’harmonie qui s’en dégage, une osmose d’esprit. À ne pas rater !

Théâtre de l’Atelier à partir du 22 septembre (Paris 18e)

Cet article Jacques Weber s’empare de Tchekhov est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


Les Apparences, de Marc Fitoussi
©:  EcoRéseau

Réalisateur de La Vie d’artiste, de Pauline détective et de La Ritournelle, Marc Fitoussi s’essaie au thriller chabrolien avec Les Apparences. Celles qu’essaie à tout prix de conserver Karin Viard, femme moderne et épouse parfaite de Benjamin Biolay, fringant chef d’orchestre à l’Opéra de Vienne. Car leur petite vie idyllique et luxueuse, enviée de tous, vole en éclats lorsqu’elle découvre que sa moitié la trompe avec l’instit de leur jeune fils. Jalousie, coups bas, insinuations et chantage se multiplient dans une atmosphère anxiogène. Un thriller haletant où Karin Viard démontre une nouvelle fois son immense talent.

En salles le 23 septembre

Cet article Les Apparences, de Marc Fitoussi est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


La Daronne, de Jean-Paul Salomé
©:  EcoRéseau

L’inclassable Isabelle Huppert dans une comédie policière délirante, fliquette à la vie rangée parlant l’arabe et dealeuse de shit inondant le marché parisien… Qui l’eût cru ? Celle qui a reçu toutes les plus prestigieuses récompenses internationales – mais à qui échappe encore l’Oscar, malgré une nomination en 2017 – détonne et amuse dans la nouvelle pépite de Jean-Paul Salomé. Car Patience Portefeux (ça ne s’invente pas !), interprète pour la brigade des Stups, doit subvenir aux besoins de sa mère. Elle saisit l’opportunité d’une vie lorsqu’elle découvre que le fils de l’infirmière de l’Ehpad a abandonné sa cargaison de stupéfiants. Apparaît alors « La Daronne », ce mystérieux personnage que ses collègues sont bien en peine de retrouver…

En salles le 9 septembre

Cet article La Daronne, de Jean-Paul Salomé est apparu en premier sur EcoRéseau Business.


<< < Prev 1 2 Next > >>