VicksWeb affaires et des finances

Bienvenue à VicksWeb™

We have 7 guests online
Flag Counter
92% des produits contrefaits sont de Chine
©:  L'Eco News - Une

L’inspecteur divisionnaire  de la Direction générale des douanes (DGD,) a indiqué que 802.700 articles de contrefaçon ont été saisis en 2016, dont la majorité était  d'origine chinoise.   Intervenant lors des 3émes journées sur la contrefaçon, le représentant de  la DGD a souligné que la Chine demeure le premier pays  pourvoyeur des produits contrefaits à hauteur de 92% et que les articles saisis comptent essentiellement les articles de sport avec 63% , les pièces détachées avec 28,9%, la  quincaillerie 3,3%, les lunettes et montres 2,5%, les produits électriques 1,2%, des produits cosmétiques 0,2% et des articles scolaires  représentant 0,1%. Mr Youcef Oumessaoued a insisté pour dire qu’aucun médicament ne figurait parmi les  produits contrefaits. Quant à la valeur des saisies évaluée  entre 2007 et 2016, elle  a atteint près de 11 millions dinars. Par ailleurs, ces 3èmes journées sur la contrefaçon, ont permis aux intervenants de rappeler les différents dispositifs mis en place par les pouvoirs publics pour endiguer ce phénomène qui représente 2,5% du PIB mondial. Le représentant du ministère du Commerce, Kamel Boukheddache a souligné que la prolifération de la contrefaçon  est due au manque de professionnalisme des opérateurs économiques et l'absence d'un dispositif de contrôle à priori sans oublier la méconnaissance par les opérateurs des règles de procédures en vigueur relatives  à la protection de la propriété intellectuelle et à la protection du consommateur, le manque de qualification des agents de contrôle et l'insuffisance des moyens de contrôle analytique ainsi que les bas prix des produits contrefaits. De son coté, le directeur des brevets de l'Institut national algérien de la propriété industrielle (Inapi), Djamel Djedial, a indiqué que  60% des dossiers transmis aux instances juridiques et relatifs à la protection de la propriété industrielle émanent des étrangers et plus de 70% de ces dossiers portent sur la marque commerciale dans les secteurs comme l’agroalimentaire, la pharmaceutique, le tabac et les cosmétiques . A noter  que 6.000 marques ont été déposées auprès de l'Inapi en 2016 enregistrant en hausse de plus de 10% par rapport à 2015. ‘’Moukataba Djazairia’’  Bientôt sur le marché Le chef de division de qualité et de sécurité industrielle Djamel eddine Choutri et au nom du ministre de l'Industrie et des Mines, a indiqué que plusieurs nouvelles dispositions relatives à la normalisation, à la métrologie et à l'évaluation de la conformité, notamment celles à la certification et au marquage de la conformité, seraient introduites dans le cadre de la refonte du dispositif régissant le système national de la qualité. Il s'agit, surtout, de l'apposition du logo de conformité algérienne "mim-djim" (lettres initiales de Moutabaka Djazairia) sur les produits objets de certification avant leur mise sur le marché, ou sur l'emballage ou sur le certificat ou documents accompagnant le produit. Ce logo sera attribué par des organismes d'évaluation de la qualité accrédités par les pouvoirs publics.

Canalisation : 3, 5 milliards de dollars investis
©:  L'Eco News - Une

340 milliards de dinars ont été consacré depuis plus de six ans au développement de la filière des transports et canalisation.  C’est ce qu’a indiqué le vice-président transport par canalisation au niveau de la Sonatrach, Larbi Bey. De grands efforts sont en train d’être fournis par la filière de transport et canalisation de la Sonatrach pour améliorer et perfectionner son réseau de transport. Lors de son intervention dans une conférence en marge du salon pétroleum exhibition et conférence (NAPEC) à Oran, Larbi Bey ex-PDG de l’entreprise nationale de canalisation (Enac) a indiqué que prés de la moitié des travaux de canalisation sont réalisées par des entreprises nationales, a l’instar de l’Enac ou Cosider canalisation. A titre d’exemple, un projet de gazoduc  GR5 reliant Reggane à Hassi R’mel d’une longueur de 765 km est réalisé exclusivement par des sociétés nationales. Cette performance et en train d’être amélioré grâce au savoir faire acquis par ces entreprises au fil du temps. Ainsi, il a expliqué qu’en termes d’inspection, 1520 Km de canalisation ont été vérifiés par des nationaux, ce qui est considéré comme une grande performance. Toutefois, il demeure qu’un manque est toujours constaté sur quelques segments, à l’instar du traitement de la corrosion externe des canalisations. De ce fait, un programme de réhabilitation est prévu en 2018 dans lequel des partenariats seront établis avec des entreprises étrangères. Ce qui constituera «une chance pour les sociétés algériennes d’acquérir une expérience grâce au savoir-faire qui sera transmis à cette occasion.»  Pour rappel, avec le programme de croissance de la production que poursuit la Sonatrach il est très important pour la société de développer sont réseau de canalisation afin d’augmenter ses capacité de livraisons sur le plan national et international. De ce fait, il est à rappeler qu’en 2015, les hydrocarbures (pétrole, gaz, et GPL) ont été transportés à travers un réseau de canalisation de 19 623 km.  

Des bateaux-restaurants bientôt exploités
©:  L'Eco News - Une

Sur une dizaine de demandes d’autorisation d’exploitation de bateaux de plaisance, seule trois d’entre elles ont été satisfaites.   Il s’agit, selon le directeur de la marine marchande au niveau du ministère des Transports, cité par l’APS, de trois investisseurs privés qui ont été agréés pour la région centre (Alger, Chlef, Tipasa, Boumerdès et Tizi-Ouzou. Ils pourront exercer leur activité dès cet été après avoir bien entendu achevé la procédure d’acquisition des bateaux-restaurants stationnaires et itinérants. Lesquels bateaux seront exploités au niveau des ports de plaisance d'El Djemila (ex. La Madrague) et de Tamentfoust (La Pérouse). Toutefois, compte tenu de la forte demande pour l’exploitation de cette activité au niveau de l’ensemble des villes côtières du pays, il est impératif de donner naissance à de nouvelles infrastructures, à même de contenir le flux des bateaux. M. Benboushaki a précisé que le ministère des Transport a prévu la réalisation de 14 ports de plaisance. Les études y afférentes «sont déjà lancés.»

Police : 2703 affaires traitées à Alger
©:  L'Eco News - Une

Les services de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya d’Alger ont traité durant le mois février 2017, 2703 affaires, ayant entrainé l’arrestation de 3124 présumés auteurs déférés par devant les instances judiciaires compétentes.   Selon un communiqué de presse de la Sureté de wilaya d’Alger, il s’agit de 1165 présumés coupables pour détention et usage de stupéfiants et substances psychotropes, 331 pour port d’armes prohibées, et 1628 pour divers délits. Le même document indique que parmi les affaires traitées, 281 sont relatives aux atteintes aux biens, et 673 concernent les atteintes aux personnes, dont 4 homicides volontaires. Quant aux activités de la police générale et règlementation, les forces de police ont mené durant la même période 214 opérations de contrôle des activités commerciales réglementées, où il a été procédé à l’exécution de 16 décisions de fermetures ordonnées par les autorités compétentes, précise-t-on.  Quant aux délits et crimes contre la famille et aux bonnes mœurs, les services de la Police Judiciaire ont traité 36 affaires, et 613 affaires relatives aux biens publics, ainsi  que 87 affaires à caractère économique et financier. Concernant le port d’armes prohibées, les mêmes services ont traité 315 affaires, impliquant 331 personnes présentées par devant les instances judicaires compétentes, où 34 personnes d’entre eux on été placées sous mandat de dépôt. Le même document ajoute qu’en matière de lutte contre les stupéfiants, 1013 affaires impliquant 1165 personnes ont été traitées, avec la saisie de 11.08 kilogrammes de résine de cannabis, 4106 comprimés psychotropes, ainsi que 6.22 grammes d’héroïne. A propos de  la prévention routière, les services de la sécurité publique ont enregistré 14406 infractions au code de la route qui ont nécessité le retrait immédiat  de 2568 permis de conduire et l'enregistrement de 75 accidents de circulation ayant entrainé 82 blessés et 4 décès,  dont la cause principale demeure le non respect du code de la route. Les dits services ont mené 1461 opérations de maintien de l’ordre, conclue-t-on. 

SNAPAP: Faible suivi du sit-in national
©:  L'Eco News - Une

Une faible mobilisation a caractérisé le sit-in national auquel a appelé le Syndicat national autonome des personnels de l’administration nationale (SNAPAP).     En effet, ils n’étaient que quelques dizaines à prendre part au rassemblement, prévu aujourd’hui 13 h, devant le siège de la wilaya de Bejaïa. Hormis une délégation de la wilaya de Tizi-Ouzou, le rassemblement n’a rien de national dans la mesure où seuls les délégués de Béjaïa étaient présents. Ils ont néanmoins bénéficié de soutien inattendu : celui du maire d’Amizour, M. Bouzidi, qui a tenu à faire une brève apparition au rassemblement. Toutefois, le mouvement de grève nationale de trois jours se poursuit toujours au niveau de quelque 15 wilayas du pays. Dans la wilaya de Béjaïa, une cinquantaine de communes a suivi le mot d’ordre de grève, décidé à l’issu du conseil de national du SNAPAP, tenu le 28 février dernier. Il n’y a que les communes du chef-lieu de wilaya de Béjaïa et d’Oued-Ghir à ne pas adhérer au mouvement. La scission, qu’a connue l’organisation il y a quelques années de cela, empêche son redéploiement alors que les effectifs de ces deux collectivités sont importants. Le taux de suivi de la grève au niveau de Béjaïa serait de 92%, selon le président de la Fédération de Béjaïa et membre de la Fédération nationale. Il confirme en outre que la grève est largement suivie à l’échelle des 15 wilayas notamment de l’est et du centre du pays. Et le taux serait de 75% en ce deuxième jour. Il affirme à l’instar de président de la fédération nationale du SNAPAP qu’avec l’achèvement de la campagne d’adhésion et de ré-adhésion au niveau des communes, des sièges de daïras, de wilayas et des administrations déconcentrées de l’Etat, l’organisation gagnerait en importante. On a rappelé avec que le taux le plus élevé a été enregistré dans les wilayas du centre, Bejaia et Tizi-Ouzou avec un taux de 90% ; elles sont suivies par les wilayas de Bouira avec 70%, Batna 40%, Boumerdès 35% et enfin Souk-Ahras et de M’Sila avec 25%. Il y a lieu de rappeler que les communaux exigent « l’abrogation de l’article 87 bis ; le maintien de la retraite proportionnelle et sans conditions d’âge ; la révision du code de travail ; la révision du statut particulier ; la révision du statut général de la Fonction publique ; l’intégration des travailleurs contractuels du secteur de l’Education ; la réintégration des syndicalistes arbitrairement licenciés ; la révision du régime indemnitaire et des allocations familiales ; l’augmentation de l’indemnité de la femme au foyer ; l’augmentation des salaires ; le respect des libertés syndicales, etc.»

Importation de bananes : octroi de 6 licences
©:  L'Eco News - Une

Ils étaient 44 opérateurs à postuler pour décrocher une licence d’importation de bananes. Mais seuls 6 d’entre eux ont été retenus.   Ainsi, moins d’une semaine après la publication du cahier de charges par le ministère du Commerce et son retrait par des opérateurs candidats, la commission technique a rendu son verdict en jetant son dévolu sur 5 opérateurs privés et 1 public qui seront autorisés à importer 55.000 tonnes de bananes. Selon un communiqué rendu public aujourd’hui par les services du ministère du Commerce, la commission «a exclu 14 opérateurs pour ne pas avoir exercé l'activité d'importation de bananes au cours des cinq dernières années, dont 10 pour avoir proposé des prix non conformes au prix de référence (650 dollars/tonne). 10 autres opérateurs, ajoute le document, ont été écartés pour avoir proposé d'importer de petites quantités et ne disposant pas d'entrepôt de stockage, de mûrissage et de froid, tandis que les demandes de 11 opérateurs ont été rejetées car ne remplissant pas les critères fixés par la commission lors de la sélection des opérateurs importateurs. Parmi les postulants au sésame, la commission technique a réussi à débusquer et à exclure 3 importateurs pour leur implication dans des affaires de spéculation et figurant sur le fichier des spéculateurs. 

Hydrocarbures : L’Algérie mise sur l'exploration
©:  L'Eco News - Une

Dans une conjoncture de grande concurrence sur le marché de l'offre, l'Algérie a tracé une stratégie qui vise à asseoir ses réserves des hydrocarbures afin de garantir une fiabilité et confiance de ses partenaires.    Du moins c'est ce qui a été confirmé aujourd'hui par le président de l'Agence Nationale pour la Valorisation des Ressources en Hydrocarbures (ALNAFT), Sid Ali Betata, lors de l'inauguration de la 7e édition du Salon international des hydrocarbures NAPEC à Oran. Selon lui, "le partenariat avec les entreprises internationales contribue au développement de la production et de l'exploration". À ce propos, il a annoncé que des "appels à la concurrence seront lancés prochainement afin de soutenir le développement de la production". Le président d'Alnaft a rappelé que "des appels sont lancés pour des programmes d'études et d'exploration dans les régions du Nord en off-shore et dans les bassins du Sud". Selon le même responsable, la conjoncture difficile que traverse le marché des hydrocarbures nécessite de fédérer les efforts et réagir ensemble pour réussir. Le vice-président LRP de Sonatrach, Fettouhi Ahmed, a indiqué lui aussi que le grand défi de l'Algérie est d'augmenter le taux de l'exploration. "Il n’y a que 10% du territoire qui est exploré" a-t-il expliqué. L'inauguration de cette 7e édition du Salon international des hydrocarbures, NorthAfrica Pétrole Exhibition &Conference (NAPEC) a été caractérisée par l'absence du ministre de l'Energie. Toutefois, le wali d'Oran et un représentant du Premier ministre ont pris part à l'inauguration de ce salon qui se poursuit jusqu'au 24 de ce mois. Avec les 500 participants, venant de 37 pays cet événement est connu pour son importance chez les professionnels des métiers sera comme à son habitude un lieu d’échange d’idée à travers des conférences qui seront organisée en marge du salon par des experts de secteur avec des conférences commerciales et techniques consacrées à l’exploration et la production, la technologie de forage et les pipelines ,en plus d’une conférence stratégique axée sur les opportunités d’affaires en Afrique du Nord. Regroupant  les grandes compagnies comme SONATRACH, ANADARKO, STATOIL, ENI, PETROLCELTIC, GE, BAKER HUGHES, SIEMENS, DUPONT et des entreprises très productives dans la sous-traitance  et divers services, le NAPEC constitue un conclave pour les entreprises  qui activent dans le secteur de hydrocarbures et de l'industrie pétrolière. Selon l'Organisateur, Djaâfar Yacini, ce rendez-vous est "une tradition soutenue pour réunir les principaux acteurs mondiaux autour d’objectifs convergents ayant trait à la promotion des énergies, un enjeu vital pour l’avenir des futures générations". Il est attendu la signature de quelques partenariats en marge de ce salon.

Ansej : 600 millions DA recouvrés en 2 mois
©:  L'Eco News - Une

L’Ansej a recouvré durant les deux premiers mois de l’année en cours près de 600 millions de dinars soit le total recouvert durant les années 2011 et 2012.   Invité de la rédaction de la chaine 1, le directeur général de l'Agence nationale de soutien à l'Emploi de Jeunes (ANSEJ), Mourad Zemali prévoit de recouvrir 11 milliards de dinars d’ici la fin de l’année en cours. L’Ansej a recouvré durant l’année écoulée 7,7 milliards de dinars, soit 55% du total des crédits octroyés pour la création de micro-entreprises. A travers ces remboursements, souhaite l’hôte de la radio, l’Ansej pourra s’autofinancer sans avoir recours au Trésor public. Selon M. Zemali, l’agence a financé durant les deux premiers de l’année 2017, plus de 50% des projets dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie. Concernant le rééchelonnement des dettes contractées par les entreprises pour « résoudre leurs problèmes en terme de liquidités », annoncé par le Premier ministre Abdelmalek Sellal lors des premières nationales sur les petites entreprises organisées dimanche à Alger, le DG de l’Ansej a précisé que cette facilitation concerne seulement les bénéficiaires des crédit de l’Ansej avant le 6 mars 2011, qui sont, souligne l’hôte de la radio à 42 000 entreprises. Ce rééchelonnement est, précise le même responsable, conditionné par un nombre de points à savoir l’existence du matériel et d’équipement de l’entreprise et le dépôt de dossier avant le 31 décembre 2017. La durée du rééchelonnement ne dépassera pas les 5 années, précise encore M. Zemali. A noter que depuis sa création en 1997, le dispositif de l’ANSEJ a permis de créer 370.000 micro-entreprises et de générer plus de 900.000 postes d’emploi. Une augmentation a été enregistrée les dernières années du taux de projets portés par des diplômés universitaires et ceux issus de la formation professionnelle  qui est passé à 87% en 2016 contre 84 % en 2015 et 20% en 2011.  

Toutes les importations seront soumises aux licences
©:  L'Eco News - Une

Le ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune a  joint la parole à l’acte. Après avoir déclaré il ya quelques jours que  la totalité des importations du pays seront soumises à la délivrance préalable de licences, la direction générale du commerce extérieur du ministère vient de diffuser un communiqué confirmant ses déclarations.    En effet, dans un communiqué rendu public  ce lundi, «  le ministère du commerce (Direction générale du commerce extérieur) informe l'ensemble des  opérateurs activant dans le domaine de l'importation des produits destinés à la revente en l'état,  que tous les produits destinés à la consommation finale, sont désormais soumis au régime des licences d'importation ». Tout opérateur économique, remplissant les conditions exigées par la législation et la  réglementation en vigueur, peut introduire une demande de licence d'importation du produit ciblé, en  déposant auprès de la Direction du Commerce de wilaya territorialement compétente, sa demande dans  un délai de 20 jours à compter de la date de la première parution de cet avis par voie de presse. Il faut rappeler que le ministère avait  anticipé déjà en annonçant des quotas de bananes et une interdiction d’importation d’oranges ou de pommes durant les périodes de récolte. Abdelmadjid Tebboune a ainsi, décidé de faire une révolution dans le commerce extérieur dans l’objectif de réguler le marché,  lutter contre  la surabondance à certaines périodes de l’année et la rareté à d’autres périodes, et  réduire la facture des importations  qui a triplé en dix ans. Une mesure devenue urgente en cette période d’austérité  après la chute des revenus pétroliers. A noter que le ministre avait a affirmé que les achats extérieurs de produits de « base », considérés comme « essentiels » pour le citoyen se verront attribuer des licences automatiques. Il s’agit  de la semoule, le blé, l’huile, le sucre, le lait et les médicaments  dont les licences seront renouvelées automatiquement selon ses affirmations. Par ailleurs, les importateurs doivent accompagner leurs  demandes d’un dossier comptant les documents suivants: Une copie du registre du commerce, justifier une expérience dans l'importation du produit qu'il propose  d'importer, une facture proforma indiquant le produit, la quantité, la valeur et l'origine du produit, un extrait de rôle apuré, une attestation de mise à jour avec la Cnas et/ou la Casnos, une (1) copie de la carte d'identification fiscale, un questionnaire d'identification de l'opérateur économique à renseigner  (téléchargeable sur le site web sus indiqué),  les bilans fiscaux des trois années, ainsi que les documents justifiant les capacités financières et des moyens de stockage sous forme de titres de propriété ou de location.

Caarama Assurance: le paiement électronique disponible
©:  L'Eco News - Une

Caarama Assurance va lancer en partenariat avec le Crédit Populaire d’Algérie, la souscription en ligne des produits d’assurance de personnes désirant payer par cartes CIB émises par le CPA.   Suite à l’obtention de l’agrément de la Banque d’Algérie en qualité de web marchand, Caarama Assurance permettra à l’ensemble des détenteurs de cartes interbancaires (CIB) de prendre ses produits d’assurance depuis chez eux, indique un communiqué de la compagnie d’assurance. Ce service qui est, explique-t-on, ouvert essentiellement aux assurances de voyages, permettra d’établir des devis en ligne, de souscrire des contrats et les payer par carte, de disposer d’un espace client et de pouvoir également modifier sont contrat d’assurance suivant sa convenance personnelle. Ce service ouvert par Caarama Assurance, s’inscrit en droite ligne de ses valeurs d’entreprise parmi lesquelles figure la proximité client ainsi que l’innovation, souligne-t-on. L’offre de CAARAMA Assurance, permet de disposer d’un espace commercial complet permettant d’exécuter diverses opérations liées à la gestion des contrats d’assurance. Caarama Assurance est également présente à travers ses représentations réparties sur tout le territoire national, notamment à Alger, Oran, Annaba, Constantine, Tlemcen, Chlef et Hassi Messaoud. En plus de ses propres structures, Caarama Assurance est également présente dans près de 200 points de vente, via le réseau de ses partenaires stratégiques qui sont la Compagnie Algérienne d’Assurance et de Réassurance (CAAR), ainsi que le Crédit Populaire d’Algérie (CPA) et Bank ABC. Il est à noter que La compagnie Caarama Assurance prévoit «un important plan d’innovation» en matière de produits, de réseaux…, durant l’année prochaine. Le Pdg de Caarama Assurance, Ammar Meslouh, a prévu l’ouverture du capital de sa compagnie dans les proches délais. Caarama Assurance  a réalisé un chiffre d’affaire de 2 milliards de dinars de chiffre d’affaire, soit une hausse de plus de 10% par rapport à l’année écoulée (1,8 milliards de dinars). Cette évolution a permis à Caarama Assurance de consolider sa position sur le marché avec une part de marché de 23%, en nette amélioration par rapport à l’année 2015, 

<< < Prev 1 2 3 4 5 6 7 Next > >>